L’Acceptation : une clé du Développement Personnel

Vous arrive-t-il de trouver que la vie est parfois difficile ? Que vous ne méritez pas ce qu’il vous arrive ? Que les choses devraient être autrement pour que vous soyez enfin heureux ? Nous n’avons effectivement pas toujours la main sur ce qui construit notre passage sur Terre. Lutter contre quelque chose qui nous échappe, ou nous fait souffrir, et sur lequel nous n’avons aucun pouvoir affecte notre bien-être émotionnel. Au contraire, si vous abandonnez votre lutte, si vous acceptez votre situation, la souffrance disparaît. Découvrez dans cet article ce que signifie réellement l’acceptation et pourquoi il est nécessaire d’accueillir le monde qui nous entoure tel qu’il est afin de vivre une vie moins stressante

Accepter ne signifie pas cautionner

Acceptation ne veut pas dire approbation, mais « ça ne me touche plus ». Nous n’avons pas d’autre choix que d’accepter la réalité de notre vie. Se battre, c’est se laisser submerger par la colère, la tristesse ou encore l’envie. Or, l’émotion est une non-acceptation du moment présent. Elle contracte et acidifie le corps, crée une inflammation et amène à des douleurs. Ces douleurs peuvent se transformer en symptômes et en maladies qui parfois amènent la mort.

Il y a trois stades dans l’acceptation :

  • l’ignorance. Vous n’avez pas reçu l’information et ça ne fait pas partie de vos croyances ;
  • la guerre. Vous luttez contre quelque chose et refusez d’accepter maintenant ;
  • la paix. Vous prenez de la hauteur et calmez votre mental.

Une fois l’acceptation mise en lumière, un relâchement des muscles et des articulations se produit. Vous n’êtes plus touché par cette résistance. Vous faites de la place dans votre organisme et l’énergie reprend sa place d’origine.

Prenons un exemple sur les pesticides pour illustrer le processus d’acceptation en 3 étapes :

  • l’ignorance : “les pesticides, je ne connais pas” ou “ça ne fait rien ça se saurait”. Actuellement, vous êtes atteignable par ces substances qui sont présentes partout (alimentation, l’air, l’eau, etc.). Votre corps peut stocker ces substances et s’intoxiquer ;
  • la guerre : vous vous sentez investi d’une mission et vous vous révoltez contre les pesticides. Vous changez votre alimentation en privilégiant le bio. Malheureusement aujourd’hui, les pesticides sont présents partout et vous affectent malgré vous lorsque, par exemple, vous allez vous balader en campagne et qu’un agriculteur traite son champ. De par la dualité et le refus d’acceptation de l’existence des ces substances, votre corps se charge encore plus ;
  • la paix : vous comprenez que les pesticides existent, mais vous n’en faites plus votre combat. Votre bien-être émotionnel n’est plus atteint, vous faites toujours attention à ce que vous mangez, mais vous n’êtes plus en guerre contre ces produits. Le meilleur moyen de lutter est la paix, car nous n’envoyons plus d’énergie à notre combat ;

Trouver la paix intérieure pour vivre mieux

Pendant l’Égypte antique, lorsque l’on souhaitait savoir si les prêtres vivaient en pleine conscience, donc en paix, on leur faisait boire un verre de poison. Si c’était le cas, les prêtres réussissaient à transmuter le poison en substance neutre et restaient en vie. Mais si leur ego se sentait en pleine conscience ils mourraient. Le tri se faisait rapidement. 

Pour reprendre l’exemple des pesticides, le nettoyage du corps se fait en douceur et arrête de se charger en toxines à partir du moment où vous décidez de vivre en paix avec ces substances chimiques. La vie devient plus simple, car, intuitivement, votre conscience ne va pas vous faire absorber à outrance des produits chimiques. D’où l’importance de vivre en harmonie avec tout ce qui existe sur cette terre. Cela permet d’avancer simplement, sans pollution mentale, car le mental influe sur les maladies et les problèmes. 

Travail sur soi et acceptation du passé

L’acceptation du moment présent est étroitement liée avec le passé. Un souvenir peut émerger dans votre mental, mais est-il vraiment sans importance ? Est-ce que votre passé est totalement accepté ? S’il apparaît maintenant, il y a une mise en lumière à faire. Malheureusement, nous n’avons plus aucune influence sur ce que nous avons vécu jusqu’ici. Nous n’avons d’autre choix que d’être en paix avec nos souvenirs, même s’ils sont douloureux. Tout s’est passé pour une bonne raison et a façonné la personne que vous êtes aujourd’hui, acceptez-le.

Vous baladez-vous pleinement fier de votre corps et de vous-même dans la rue ? Ou marchez-vous la tête baissée en rasant les murs ? Vous êtes magnifique, montrez-le au monde entier. Acceptez-vous tel que vous êtes, avec vos qualités et vos défauts. Assumez-vous auprès de votre entourage, ne vous effacez pas. Réalisez votre vraie nature.

Avez-vous accepté votre douleur ou votre maladie ? Elle n’est pas là par hasard ou par vieillerie ! Elle vous parle souvent pour corriger une blessure émotionnelle plus ancienne. D’ailleurs le MAL A DI E (lire “mal-à-dit-eu”) pique la meilleure version de vous-même. Cette douleur est présente pour vous faire grandir. 

Lorsque vous prenez conscience des résistances qui sont les vôtres, réfléchissez au “pourquoi” et concentrez-vous sur vos émotions. Ressentez-vous de la colère ? Elle représente une énergie de vie, c’est-à-dire qu’elle nous fait vivre. Mais est-elle bien exprimée à 100% lors de son apparition ? Si ce n’est pas le cas, elle est représentée sous une forme plus violente par la suite pour vous le faire comprendre. « Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime ». Alors, criez un bon coup maintenant ça vous fera le plus grand bien ! Allez 1, 2 et 3 AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHH !!!

Exercice d’acceptation de soi

Nous vous proposons un exercice, qui vous permettra de vous engager sur le chemin de la paix intérieure :

– installez-vous confortablement et veillez à ne pas être dérangé ;

– buvez 50 cl d’eau ;

– écrivez sur votre carnet tout ce que vous n’avez pas accepté, humblement et sans réfléchir ;

– méditez et semez des graines d’acceptation sur votre non-acceptation ;

– ressentez ce qu’il se passe dans votre corps sans rien attendre ;

– poursuivez l’exercice tant qu’il y a des résistances.

Plus vous sèmerez des graines d’acceptation dans votre jardin intérieur, plus ces graines vont germer et se propager dans votre mental, l’acceptation sera alors de moins en moins compliquée. Vous aurez une plus grande capacité d’acceptation au quotidien.

Vous connaissez maintenant les bienfaits de l’acceptation au quotidien. Cet article vous a plu ? Retrouvez nos conseils de santé naturelle chaque semaine sur le blog et sur notre chaîne Youtube. Et d’ici là, portez vous bien 😉